Il existe différents dispositifs permettant le financement des formations des créateurs ou des repreneurs d’entreprises et des entrepreneurs déjà installés.

Pour vous permettre de vous y retrouver facilement, nous allons dresser un état des lieux. Prêts ? C’est parti !

Le CPF (Compte Personnel de formation, très connu également par mon compte formation)

Les créateurs ou repreneurs d’entreprises peuvent utiliser leur compte CPF pour acquérir des compétences entrepreneuriales leur permettant de réaliser leur projet de création ou de reprise d’entreprise et de pérenniser l’activité de celle-ci par le biais de formations qui ne sont ni diplômantes ni certifiantes. Cela comprend les compétences nécessaires à l’exercice de la fonction de chef d’entreprise qui permettent de démarrer l’activité, mettre en œuvre et développer le projet de création ou de reprise d’une entreprise et pérenniser l’activité de la jeune pousse.

Vous avez besoin de quelques exemples de formations ? En voici quelques-uns !

  • Compétences nécessaires au futur chef d’entreprise
  • Etude du marché, de la concurrence
  • Rentabilité du projet : établir un compte de résultat, un plan de financement
  • Choisir un statut juridique et comprendre les différents régimes fiscaux
  • Connaître les différentes aides
  • Immatriculer son entreprise
  • Se renseigner sur la micro-entreprise
  • Cibler les actions commerciales les plus adaptées à sa clientèle
  • Prospecter
  • Créer des outils de communication adaptés et valorisants
  • Définir son juste prix et son coût de revient

Les formations éligibles aux CPF pour les créateurs et repreneurs d’entreprises peuvent prendre la forme de formations en collectif ou d’accompagnements individuels.

Mais attention, les dirigeants déjà en activité ne peuvent pas se former aux compétences entrepreneuriales en utilisant leur compte CPF, à moins qu’ils optent pour une formation diplômante ou certifiante.

Les FAF (Fonds d’Assurance Formation)

Les FAF prennent en charge les formations des travailleurs indépendants déjà installés. C’est l’activité (code NAF) qui déterminera le FAF auquel l’entrepreneur sera rattaché. Ainsi, les commerçants et dirigeants non-salariés du commerce, de l’industrie et des services, dépendent de l’AGEFICE, alors que les formations des professions libérales, à l’exception des médecins, sont prises en charge par le FIF-PL. L’artiste-auteur, quant à lui, doit se rapprocher de l’AFDAS pour se former.

Le montant de la prise en charge varie en fonction du FAF, du code NAF et des thèmes de formations retenus par des représentants de la profession. Plus contraignant que le CPF, les FAF restent cependant la principale source de financement pour se former quand l’entrepreneur non-salarié est déjà en activité. Cela inclus les micro-entrepreneurs.

Le crédit d’impôt pour la formation des dirigeants d’entreprise

Cet avantage fiscal s’adresse à toutes les entreprises sous le régime réel d’imposition sur les bénéfices (simplifié ou normal, impôt sur les revenus ou sur les sociétés), quelque soit leur secteur d’activité et forme juridique (entreprise individuelle ou société). Seuls les micro-entrepreneurs sont exclus de ce dispositif.

Ce crédit d’impôt peut être obtenu pour toute formation professionnelle continue, de la formation classique relative à la gestion d’entreprise aux formation plus techniques spécifiques à chaque métier, destinées à consolider ou à améliorer les connaissances du dirigeant.

Bon à savoir : pour calculer le montant de ce crédit d’impôt, il faut multiplier le nombre d’heures passées en formation par le taux horaire du SMIC en vigueur. Celui-ci est plafonné à 40 heures de formation par entreprise, ce qui correspondait à un total de 406 EUR en 2020.

Les dispositifs de financement de Pôle Emploi

Ils sont réservés aux demandeurs d’emploi qui sont indemnisés. Les créateurs d’entreprise sont souvent orientés vers des organismes d’accompagnement d’entrepreneurs après signature d’un CAPE (contrat d’appui au projet d’entreprise) où il y a un programme de préparation à la création ou à la reprise et à la gestion d’une entreprise qui comprend des formations en collectif et fréquemment un accompagnement individuel. Pôle Emploi propose d’autres aides à la création ou reprise d’entreprises. Il est ainsi fortement conseillé aux demandeurs d’emploi qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat de se rapprocher de leur conseiller Pôle Emploi pour se renseigner sur les dispositifs mis à leur disposition.

Et voilà, nous avons fait le tour. Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à consulter les sites ci-dessous :

https://www.moncompteformation.gouv.fr/

https://communication-agefice.fr/

https://www.fifpl.fr/

https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23460

https://www.pole-emploi.fr/accueil/

Vous pouvez également nous contacter : http://www.louraco-rc.com/fr/contacts-fr/