Press Releases

Les Français deviennent plus réceptifs à la restauration anglo-saxonne

Published by lhotellerie-restauration.fr

March 3, 2016


Le repas est perçu par une majorité de Français comme un moment de plaisir et de partage. La population pratique l'art du bien manger, synonyme d'une consommation équilibrée, saine, variée, composée de produits naturels, de qualité et au goût authentique. Néanmoins, un nombre croissant de consommateurs sont attirés par l'offre de la restauration anglo-saxonne, une gastronomie réputée plus riche en sucre, sel et gras. Une étude signée Louraco Research & Consulting.

Le plaisir procuré par l’ingestion de produits nobles, surtout à des occasions spéciales et en groupe, mais aussi déclenché par la dégustation des recettes au savoir-faire traditionnel ou d’origine locale, se heurte au besoin de se restaurer quotidiennement, de façon rapide et pas trop chère. Le succès de la gastronomie anglo-saxonne en France s’explique, en grande partie, par sa capacité d’adaptation aux nouveaux modes de vie urbains.

L’ancrage de ce type de restauration commerciale dans le pays se confirme par la prolifération de plusieurs groupes américains et par la diversité de comestibles plutôt communs dans les pays anglosaxons. Alors que les cafés et les bars souffrent depuis plusieurs années, les coffee shops ont proliféré dans le pays. McCafé comptait autour de 120 établissements en 2010 et plus de 180 en 2015. Pendant cette même période, Starbucks a vu son parc doubler et dépasser les 100 magasins. Malgré le contexte économique plutôt morose, ces deux chaînes majeures du secteur ont continué d’ouvrir des points de vente l’année dernière. L’expansion s’avère également fulgurante pour plusieurs enseignes de fast-food. McDonalds, avec presque 1200 restaurants en 2010, en a depuis ouvert près de 150 de plus. KFC qui comptait près de 120 points de vente en 2010, a dépassé la barre des 180 fin 2015. Subway, une autre chaîne américaine, a augmenté son parc de près de 300 restaurants pendant cette même période.

La progression de l’offre gastronomique anglo-saxonne s’illustre aussi par un appétit grandissant pour les cookies, les muffins, le cheesecake, les burgers, entre autres. Dans les coffee shops, les macarons côtoient ces nouveaux desserts populaires aux Etats-Unis. Le choix des nouveautés régulièrement mises en avant et leurs apparitions dans d’autres établissements, comme les boulangeries, font preuve d’une réceptivité croissante des Français pour ces produits. Elle montre aussi l’ouverture du consommateur à la cuisine d’ailleurs. Quant aux burgers, ils s’invitent aujourd’hui naturellement dans les cartes de tout type de restauration, du bar au restaurant indépendant. Ils sont la base de l’offre du premier Food Truck apparu en France, « Le Camion Qui Fume ». Leurs appropriations et déclinaisons sont multiples afin de satisfaire à tous types de palais.

En restauration assise, Memphis Coffee et Tommy’s Diner, deux enseignes qui offrent un voyage aux Etats-Unis des années 50, s’en sortent plutôt bien en 2015, alors que le contexte se caractérise par la fermeture des portes de plusieurs établissements et que certaines enseignes sont placées sous procédure de sauvegarde. Ces deux concepts apportent au consommateur une expérience unique, en les faisant voyager dans le temps et dans un autre pays.

L’offre anglo-saxonne en restauration commerciale hors foyer participe fortement au développement de nouveaux services qui, au fil du temps, ont tendance à devenir des circuits de distribution à part entière. C’est notamment le cas de la vente à emporter, aujourd’hui devenue l’activité principale de plusieurs entreprises du secteur. Et les habitudes des consommateurs urbains suivent doucement, comme l’atteste l’achat en augmentation du petit déjeuner ou du café à consommer pendant le trajet jusqu’au lieu de travail, voire même, sur place seul ou avec ses collègues.

Les perspectives

Même si dans les années à venir, bien manger sera une préoccupation constante pour les Français, la restauration commerciale hors domicile sera confrontée à plus de consommateurs enclins à la nourriture, aux services et aux concepts anglo-saxons. Les habitudes, la tradition, la pression de la société sur l’image de l’individu, la volonté de se maintenir en forme et en bonne santé pour la population vieillissante, sont autant de facteurs qui nourriront la demande d’une offre gastronomique saine, équilibrée et de qualité tout en apportant du plaisir au consommateur. Cependant, les styles de vie urbains et modernes s’adaptent plutôt à une consommation rapide et pratique des repas, peu onéreuse, et créent une soif de découverteset de voyages gastronomiques.

La réceptivité du consommateur pour l’offre anglo-saxonne sera alimentée par l’expansion des multinationales présentes en France. En 2015, Burger King a entamé des négociations pour le rachat de la chaîne Belge Quick. Cette acquisition permet à cette enseigne de devenir le principal rival de McDonalds en France, grâce à 400 restaurants en plus. L’ambition de ces acteurs s’aperçoit aussi dans les partenariats signés, toujours en 2015, entre Starbucks et deux filiales du groupe Casino. Ces contrats prévoient l’ouverture de corners Starbucks dans les magasins de ces deux entreprises de la grande distribution.

Afin de se différencier au mieux de la concurrence, ces enseignes vont certainement s’appuyer sur leurs recettes domestiques pour surprendre régulièrement les consommateurs, qui sont plus préparés à ces nouveautés en raison d’un nombre supérieur de séjours à l’étranger et qui s’avèrent avides de s’éclipser ailleurs dans leurs assiettes. Le rôle moteur de ces chaînes dans le déploiement de nouveaux services devrait aussi se maintenir. Starbucks l’annonce, en 2015, en envisageant l’ouverture de drive dans le pays.

Le succès de ces opérateurs pourrait devenir une source d’inspiration et convaincre d’autres acteurs au positionnement anglo-saxon de se développer en France. Leur expansion est source de concurrence supplémentaire dans la restauration commerciale hors foyer, notamment pour les indépendants, qui avec moins de moyens financiers, devront puiser dans leur savoir-faire pour attirer les chalands. Afin de suivre cette tendance, plus d’acteurs de la restauration commerciale seront tentés de s’approprier des recettes anglo-saxonnes et contribueront à la propagation de ce type d’offre gastronomique en France. (Source : Louraco Research & Consulting).

 


More in Press Releases

More information?
A market research project?

Please contact us for any question and we will get back to you.

Contact Us